Où s’arrêtera l’effet de la Blockchain sur l’industrie du transfert d’argent ?

Une quantité considérable d’argent circule régulièrement à travers les frontières. Les données publiées par le Pew Research Center, basé aux États-Unis, indiquent que les expatriés du monde entier ont envoyé plus de 570 milliards de dollars dans leur pays d’origine sous forme de transferts de fonds en 2016. Jusqu’à présent, les acteurs plus anciens tels que Western Union, MoneyGram et Ria représentaient environ un quart de la part de marché totale. Les deux dernières décennies ont vu l’arrivée de certains acteurs FinTech, et il semble que la blockchain pourrait bientôt offrir une alternative viable.

L’effet FinTech

Les gens qui souhaitaient envoyer de l’argent à l’étranger jusqu’au début du siècle dernier devaient choisir entre les banques ou une poignée de courtiers de grande renommée. La donne a commencé à changer avec l’arrivée des acteurs FinTech tels que OFX, TransferWise, WorldRemit, HiFX et TorFX. Les transferts d’argent à l’étranger sont rapidement devenus plus rentables et les délais d’exécution ont également été réduits de l’odre de plusieurs jours à quelques secondes. De plus, les grands acteurs FinTech ont commencé à offrir à leurs clients différents modes de paiement et de transfert parmi lesquels ils pouvaient choisir.

L’effet d’entraînement

Compte tenu du potentiel qu’offre la technologie de la blockchain, il n’est pas surprenant que certaines des principales sociétés de transferts de fonds transfrontaliers cherchent déjà des moyens d’en tirer profit. MoneyGram a été le premier à annoncer l’essai de la chaîne de blocs à l’aide de la technologie de Ripple, suivie de la Western Union.

Plus récemment, un rapprochement entre InstaReM, basé à Singapour, et BeeTech, basé au Brésil, vise à rendre les transferts de fonds transfrontaliers entre l’Asie-Pacifique et l’Amérique du Sud plus rapides et plus économiques. Les deux sociétés ont signé un contrat avec la startup Ripple à ce sujet.

Il semble que les banques ne souhaitent pas être laissées pour compte. Parmi les banques qui testent déjà la technologie de la chaîne de production de Ripple, citons le Crédit Agricole (France), la Itau Unibanco Holding SA (Brésil), et la IndusInd Bank (Inde).

Temps de traitement d’un virement très réduit

Les avantages que la blockchain a à offrir peuvent avoir un effet notable sur la façon dont les gens effectuent des transferts d’argent à l’étranger. Le temps de transfert de fond est drastiquement diminué passant de 48h ou plus a seulement 6 secondes. Les frais de transactions ont eux aussi également été plus que réduits. De l’ordre de quelques centimes pour des milliers d’euros transférés.. Et oui c’est une avancée énorme.

Des frais bancaires très faibles

Le facteur coût est aussi un point central. Selon les données publiées par la Banque mondiale, le coût moyen d’exécution d’un transfert transfrontalier de fonds est supérieur à 7%. L’institution internationale suggère également que si le recours aux services d’une banque provoque un surcoût de 11 % en moyenne, il tombe à environ 5,3 % avec les sociétés de transfert d’argent en ligne. Cela alors que ce dernier est dépendant des banques et reste un intermédiaire. La blockchain a le potentiel d’éliminer complètement les banques du tableau, ce qui devrait contribuer à réduire encore davantage les coûts, de l’ordre de quelques centimes pour des milliers d’euros transférés, comme énoncé précédemment.

Portée plus large

Dans plusieurs régions d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Asie, les populations restent sous-bancarisées. Il est donc difficile d’envoyer ou de recevoir de l’argent à destination ou en provenance d’un pays étranger. D’ailleurs, l’utilisation du téléphone mobile dans ces régions a considérablement augmenté. Il est donc possible d’utiliser des porte-monnaie électroniques pour effectuer des virements de fonds transfrontaliers.

Article relié [cryptomonnaies] : Le xrp est maintenant n°2 derriere le bitcoin

Vitesse

Un transfert d’argent à l’étranger effectué par l’intermédiaire d’une banque peut prendre plusieurs jours à traiter. L’emplacement de l’expéditeur et du destinataire a tendance à avoir une incidence sur les délais d’exécution lorsqu’on passe par des sociétés de transfert de fonds FinTech. Cependant, les technologies proposées par Ripple par exemple, dont plus de 200 banques dans le monde sont déjà clientes, a réduit ce délais à quelques secondes seulement. Note : l’utilisation de cryptomonnaies dans ce processus n’est absolument obligatoire, libre à la banque de choisir en fait.

Sécurité

Les banques et la plupart des sociétés de transfert de fonds FinTech fonctionnent de manière centralisée, ce qui les rend vulnérables aux menaces en ligne. Le système décentralisé de la blockchain, en revanche, offre une sécurité accrue contre toute une série d’attaques en ligne. De plus, chaque transaction basée sur une chaîne de blocs est accompagnée d’une entrée unique dans un registre numérique impossible à falsifier.

Qui offre les transferts transfrontaliers de devises cryptographiques ?

Bien que peu de sociétés de transfert d’argent établies à l’étranger se soient encore tournées vers la chaîne de blocs, il y a quelques start-ups qui comptent uniquement sur la blockchain pour faciliter les transferts de fonds transfrontaliers. Parmi eux, ont peut citer Ripple, Abra, Circle, MOIN, BitPesa, et Coins.ph.

Conclusion

La technologie Blockchain est en train de révolutionner le monde bancaire, surtout au niveau du temps de transfert / virement et coût de transaction.
On notera aussi que la blockchain et les cryptomonnaies sont 2 choses bien distinctes. Les cryptomonnaies utilisent la technologie blockchain, c’est tout. Et l’utilisation de la technologie Blockchain dans le monde bancaire n’induit pas du tout une utilisation des crypto-monnaies.

La technologie Blockchain a un bel avenir devant elle !

ut ante. tempus suscipit risus. libero justo ipsum mattis massa fringilla amet,